Les lampadaires solaires : une solution écologique et économique
21/10/2016
Subventions et gratuités : demandons des avantages pour les Carougeois
23/11/2016
Voir tous

Budget 2017 : déclaration du PLR Carouge

Déclaration faite par Laurence Uldry lors du Conseil municipal du 22 novembre 2016 :

« Le groupe PLR remercie le Conseil administratif pour les efforts d’économie qui ont été faites afin de présenter un budget à l’équilibre. Nous regrettons toutefois que cet équilibre ne soit réalisé que grâce à une entrée extraordinaire, qui ne se renouvellera pas. En effet, nous avons évité de justesse le dilemme – que le Conseil administratif nous avait soumis – d’une augmentation d’impôt ou d’une vente d’un immeuble de la commune, grâce à la donation d’un bien immobilier d’une valeur de 1,45 millions.

Pour rappel, le budget 2015 avait déjà été équilibré grâce à la vente de télécarouge et celui de 2016, grâce à une nouvelle entrée de 1,7 millions du fond de péréquation intercommunale. Il est ainsi évident que la commune vit au-dessus de ses moyens.

Dans ce cadre, bien que nous saluons les efforts entrepris afin de contrôler les charges, le groupe PLR s’interroge sur la volonté de toujours grossir les services. En effet, les charges du personnel sont incompressibles, et même en constante augmentation en raison des mécanismes salariaux. C’est pourquoi nous sommes très attentifs aux engagements et nous nous opposons à la création de postes qui ne sont pas en lien avec une nouvelle prestation pour la population.

Trois nouveaux postes, demandés par le Conseil administratif, ne nous ont en particulier pas convaincus et font l’objet d’amendement déposés conjointement avec le PDC et le MCG. Il s’agit premièrement du poste d’administrateur du service constructions, entretien et sports, dont le besoin n’a pas été démontré. Nous précisons toutefois que nous acceptons que la cheffe du secteur piscine diminue son temps de travail si elle le souhaite, mais ne souhaitons pas que ce pourcentage soit redistribué. Deuxièmement, nous nous opposerons au poste de technicien en génie civil pour le service de l’urbanisme. En effet, ce service doit faire avec les nombreuses ressources qui lui ont été octroyées ces dernières années, dont une administratrice l’année passée. Troisièmement, nous demandons de réduire de moitié le poste lié à la nouvelle loi sur la restauration, la LRDBHD, car nous ne sommes ni convaincus qu’il faille un responsable pour absorber la paperasse supplémentaire induite par cette loi, ni qu’un poste à 100% soit nécessaire. Sur ce point, nous pensons notamment que le nouveau pôle du guichet unique pourrait avantageusement faire profiter de ses nombreuses compétences.

Par contre, nous soutiendrons tous les autres postes qui ont été demandé par le Conseil administratif, car ils nous semblent représenter une amélioration dans les prestations à la population, en particulier pour la sécurité, ou à la piscine et à la patinoire. Concernant le poste d’architecte, nous saluons le choix de l’engagement d’un agent spécialisé, dont le contrat est limité à maximum 4 ans renouvelable une fois, et soutenons ce renforcement temporaire du service constructions, entretien et sports au vu des nombreux chantiers annoncés ces prochaines années.

Concernant la grande réforme du système des espaces de vie enfantine carougeois, nous ne nous opposerons pas à l’ensemble des postes prévus pour la municipalisation juxtapositive en raison de l’assurance donnée par notre conseillère administrative d’engager ce personnel seulement avec l’aval du Conseil municipal suite à l’important travail qui nous attend ce printemps en commission sociale. Ainsi, nous soulignons que la présence de ces postes au budget n’engage en rien notre position finale sur la forme de gouvernance souhaitable pour les institutions pour la petite enfance.

Toujours en matière de personnel, nous avons constaté une pratique de créer des postes en récupérant des pourcentages de divers autres postes sans consultation préalable du Conseil municipal. Nous souhaitons rendre attentif le Conseil administratif que cette gestion des postes ne nous convient pas et que nous ne rentrerons pas en matière pour la confirmation d’un poste quel qu’il soit si sa création n’a pas été validée par le Conseil municipal.

Concernant les autres charges, malgré les efforts du Conseil administratif, qui a notamment repris plusieurs de nos amendements de l’année passée, elles continuent à augmenter. Cela nous inquiète particulièrement en raison des incertitudes liées à nos recettes futures, ainsi que des nouveaux projets de la commune qui impliqueront encore des hausses des coûts de fonctionnement. C’est pourquoi nous opposerons à la réaffectation des montants qui pourront être économisés grâce à nos amendements et souhaitons voir leur totalité, c’est-à-dire 150’000 CHF, apparaître en boni du budget et par la suite en bénéfices dans les comptes afin de réduire les amortissements futurs.

Nous nous opposerons par contre à tous les autres amendements proposant des coupes, en raison de la volonté de leurs auteurs de réaffecter leur montant à l’aide au pays en développement. En effet, ce procédé implique de renoncer soit à des postes locaux ou à des prestations à la population carougeoise, pour remonter cette aide bien au-dessus des standards internationaux. Pour rappel, ces standards recommandent d’affecter 0,7% du budget à l’aide au pays en développement et de nombreuses collectivités n’atteignent pas encore ce taux. Ainsi, en affectant 0,85 % de son budget, comme le propose le Conseil administratif, Carouge fournit déjà un effort considérable. Au moment où le Conseil administratif nous annonce sa volonté d’augmenter les impôts l’année prochain, ainsi que la suivante, il nous paraît inopportun de continuer à vouloir faire beaucoup mieux que le reste du monde.

En ces temps difficiles pour nos finances communales, et cela malgré un rendement particulièrement élevé de notre centime additionnel, qui nous permet d’avoir un budget global plus important que d’autres communes suburbaines ayant davantage d’habitants et un taux plus élevé, il nous semble primordial de nous concentrer sur les prestations à la population et de nous assurer d’un usage efficient des deniers publics. A cette fin notamment, nous avons déposé une motion demandant au Conseil administratif de prévoir des tarifs préférentiels pour les Carougeois dans les infrastructures communales, ainsi que de négocier des avantages pour eux avec les associations subventionnées ou bénéficiant de gratuités.

Le vote final du groupe PLR sur le budget 2017 dépendra évidemment du sort des différents amendements. Toutefois, si nos trois amendements sur les postes sont acceptés, que l’argent ainsi économisé se retrouve en boni et que l’aide au pays en développement n’est pas remonté à 1%, le groupe PLR soutiendra le budget afin d’encourager le travail constructif du Conseil administratif.

Finalement, nous souhaitons relever que cette deuxième année de législature laisse apparaitre une envie de dialogue entre les partis au sein des commissions, ainsi que, fait nouveau, en dehors des séances officielles, ce qui nous éveille un espoir d’une vision carougeoise loin des positions dogmatiques. Nous espérons donc pouvoir continuer à travailler ainsi l’année prochaine.

Nous ne terminerons évidemment pas sans remercier le Conseil administratif, le responsable du service financier et ses collaborateurs, ainsi que les chefs de service pour leurs explications. »