Jean-Marc Antonioli
20/10/2016
Budget 2017 : déclaration du PLR Carouge
23/11/2016
Voir tous

Les lampadaires solaires : une solution écologique et économique

Lors du Conseil municipal du 20 octobre 2016, le PLR Carouge a déposé un postulat demandant au Conseil administratif d’étudier l’opportunité d’utiliser des lampadaires solaires pour l’éclairage public.

Voici la déclaration faite par Céline Zuber-Roy à ce sujet, ainsi que le texte du postulat :

« Avec ce postulat, le PLR Carouge souhaite attirer l’attention du Conseil administratif sur une nouvelle technologie en matière d’éclairage public. En effet, des produits ont été développés ces dernières années, notamment de nouveaux lampadaires solaires. Il existe actuellement sur le marché des lampadaires solaires totalement autonomes qui ne nécessitent pas de connexion au réseau et permettent ainsi d’économiser les frais de génie civil. L’intégration des cellules photovoltaïques directement dans le surface du cylindre du candélabre permet d’avoir une forme ordinaire de lampadaire et évite que des résidus se déposent dessus.

Il existe notamment une start-up genevoise qui propose un modèle breveté de lampadaires solaires. 40% des communes genevoises ont déjà fait appel à ses services, ce qui fait qu’il a déjà plus d’une centaine de lampadaires solaires sur le canton. Il existe du reste trois installations proches de notre commune : devant la nouvelle salle des fêtes de Troinex, sur les terrasses du nouveau bâtiment du CMU, sur le chemin menant à l’école du Sapay à Plan-les-Ouates.

Le PLR Carouge pense que les avantages écologiques évidents que représente l’éclairage solaire couplés aux économies liées à l’absence de raccordement, en particulier dans le cas de la création de nouvelles rues comme pour le projet de Menuisiers, rendent cette technologie potentiellement très intéressante. Ainsi, nous souhaitons que le Conseil administratif étudie la possibilité et l’opportunité d’équiper certaines rues carougeoises, en particulier lors de la création de nouvelles rues, de lampadaires solaires et fasse ensuite un rapport au Conseil municipal.

Dans ce cadre, nous souhaitons préciser deux points. Nous avons appris que la commune n’a pas répondu aux multiples tentatives de prise de contact de la société genevoise titulaire d’un brevet sur ces produits, alors même qu’un de ses fondateurs vit sur notre commune. Nous souhaitons donc que la commune ait, d’abord, la politesse de leur répondre et qu’ensuite, elle examine si leurs produits peuvent satisfaire à certaines de nos besoins en éclairage public ou si au contraire, d’autres produits utilisant la technologie solaire seraient plus pertinents. Finalement, nous souhaitons préciser que nous avons découvert cette technologie après l’adoption du plan lumière par ce Conseil municipal, ce qui explique que nous n’ayons pas intégré cette demande aux discussions de l’hiver passé. Cela ne nous semble toutefois pas problématique puisque le plan lumière définit quel type d’éclairage nous souhaitons et ne se prononce que pour une petite partie du territoire communale sur l’outil qui doit produire la lumière. Ainsi, une marge nous semble exister pour intégrer des lampadaires solaires. L’étude du Conseil administratif permettra justement de confirmer ou d’infirmer cela.

Pour ces raisons, nous vous remercions d’accepter ce postulat et de l’envoyer directement au Conseil administratif, afin qu’il nous revienne avec un rapport sur la question, qui pourra être étudier ensuite en commission. »