Des parkings gratuits pour les clients des commerçants carougeois
20/05/2016
Déclaration sur les comptes 2015
20/06/2016
Voir tous

Interventions de nos élus lors du Conseil municipal du 19 mai 2016

Voici les interventions de nos élus lors de la séance du Conseil municipal du 19 mai 2016 :

VOIGNIER-Alain_620x380

Alain Voignier

Concernant la Délibération sur l’achat d’un véhicule de remplacement pour la police municipale

«Parfois il faut savoir aller un peu plus loin dans la réflexion. En effet lors d’une Délibération administrative, il a été demandé au Conseil municipal de Carouge d’étudier le remplacement de changer le véhicule des agents de la police municipale car celui existant devenait vétuste. Après une bonne présentation du futur véhicule retenu, il me semblait intéressant de savoir si une recherche avait été faite sur un véhicule hybride car il faut savoir que ces voitures de patrouille automobiles roulent essentiellement en ville. La consommation est donc élevée et il était important de se diriger sur une proposition autre qu’uniquement l’énergie fossile.

Bien m’en a pris car si effectivement celui-ci est plus onéreux à l’achat, nous allons bénéficier d’un véhicule hybride et totalement équipé pour les missions que les APM doivent réaliser. Sachant que leurs lors directives et prérogatives sont de plus en plus importantes. La majorité des partis a suivi ma demande d’augmentation de budget afin d’obtenir ce véhicule et ainsi donner un sens à la vision de réduction des émissions de CO2. Le véhicule sera rentable sur sa durée de vie et au aux nombre nombres de kilomètres qu’il lui est prévu. De plus l’habitacle et sa solidité ainsi que l’espace pour le matériel répond au besoin des agents. Ceux-ci ont pu l’essayer dans sa version hybride afin de donner un retour positif avant notre vote.

Il va s’en dire que la volonté du PLR reste que les agents soient toujours le plus visibles et donc le plus souvent à pieds afin d’avoir une proximité réelle avec les habitants.

Le groupe PLR  reste attentif à la sécurité sur la Commune de Carouge et souhaite vraiment fournir les bons outils aux agents afin de réaliser correctement leurs missions sans négliger pour autant la qualité de l’air.»

 

Concernant la Délibération sur le réaménagement de l’école du Val d’Arve

«Je suis intervenu afin de souligner l’importance de ce projet pour les institutions sportives qui vont utiliser cette infrastructure. J’ai a souligné l’attention qui a été portée pour l’accès aux personnes à mobilité réduite, ainsi que le soucis de l’appartement du concierge pour lequel j’ai bon espoir que les derniers détails, destinés à lui assurer une bonne qualité de vie, soient réalisés lors des travaux. Le groupe PLR a pu se rendre compte de l’importance de ses questions lors du crédit d’étude afin de garantir au mieux l’aspect privé de cet appartement. J’ai invité tout les Conseillers a voter et soutenir ce projet.»

 

Concernant le Postulat sur des parkings gratuits pour les clients des commerçants carougeois

«Je suis intervenu afin d’appuyer les arguments de Céline Zuber. En effet le parking doit avoir un meilleur rendement et on ne parle pas de gratuité mais d’un intéressement des visiteurs de Carouge à consommer et de bénéficier d’un rabais. Si les Verts pensent que cela n’est pas une bonne idée car certains parkings ne sont pas remplis à 100%, on voit que le samedi – avec la gratuité – le parking est plein et ce sont les commerçants qui en bénéficient. C’est pour cela que nous demandons au Conseil administratif d’étudier un projet en partenariat avec les commerçants. Tout le monde sera gagnant et effectivement nous pouvons également avoir un regard sur la mobilité douce.»

 

Céline Zuber

Concernant la Délibération sur le nouveau statut du personnel de la Ville de Carouge

«Le statut du personnel fixe le cadre des relations entre la Commune et son personnel. Pour le groupe PLR, cette réglementation doit être praticable et ne pas entraver le bon fonctionnement de l’administration communale, tout en garantissant les droits du personnel et en protégeant leurs attentes légitimes. Ainsi, s’il s’avère que le statut ne remplit plus de manière convenable un de ces deux objectifs, il est nécessaire de le modifier. La Cour des comptes, lors de son audit durant la précédente législature, a relevé de nombreux dysfonctionnements, en particulier en matière de ressources humaines et de respect du statut. Plusieurs de ses recommandations ont déjà été mises en œuvre, mais d’autres sont encore en attente. La présente révision du statut permettra d’avancer sur plusieurs points, notamment en rendant son application plus facile.

Sur le fond, le groupe PLR relève que cette réforme n’est pas une révolution, mais va tout de même dans la bonne direction. En particulier, la suppression des sanctions et la modernisation des dispositions relatives à la fin des rapports de travail visent à l’allégement des procédures en cas de manquements avérés d’un collaborateur, tout en garantissant une sécurité suffisante pour l’immense majorité du personnel, qui fait un travail remarquable. Il est en effet essentiel qu’en cas de problème avec un employé, la situation ne pourrisse pas durant plusieurs années, au détriment de toutes les parties et parfois même des autres collaborateurs, mais que des solutions adéquates puissent être rapidement mises en œuvre dans l’intérêt de tous. Par contre, nous regrettons l’allongement du congé paternité, dont la durée est doublée pour passer de 2 à 4 semaines. Ce nouveau privilège creuse encore davantage la différence de traitement entre les employés du secteur public et du secteur privé. Au moment où toute l’économie souffre et que de nombreux employés d’entreprises privées craignent pour leur emploi, il paraît inopportun d’encore favoriser le personnel public, qui bénéficie déjà de conditions de travail très avantageuses et surtout de la sécurité de l’emploi. Nous avons toutefois bien entendu le message du Conseil administratif consistant à dire que ce nouveau droit n’entraînera pas de charges supplémentaires pour la Commune en raison du non-remplacement du collaborateur durant son absence. Cela ne suffit évidemment pas à nous convaincre, mais nous serons vigilants au respect de cet engagement.

Avant de rentrer dans le détail des amendements qui seront voter aujourd’hui, nous souhaitons saluer l’ouverture au dialogue et la bonne foi dont ont fait preuve le personnel et ses représentants durant le processus de révision. Grâce à la très large consultation mise en place par la Conseillère administrative, il a été possible de trouver un accord acceptable tant pour la Commune que pour le personnel, ce dont nous la félicitons.

Concernant les amendements issus de commission, le groupe PLR soutiendra celui de l’article 57, que nous avons déposé en Commission pour clarifier le fait que les cadres supérieurs n’effectuent pas d’heures supplémentaires et donc qu’elles ne peuvent pas être compensées, ni être rétribuées. Au sujet des congés spéciaux de l’article 75, nous redéposerons un amendement pour maintenir le congé paternité à 2 semaines au lieu des 4 semaines proposées. De plus, nous nous opposerons aux modifications effectuées en Commission, qui relève plus de la petite épicerie que d’une vraie réflexion globale. Ainsi, nous souhaitons maintenir à un jour les congés en cas de décès d’une tante ou d’un oncle et à 2 jours celui pour un déménagement. Pour le congé maternité, nous saluons le bon travail de la Commission, qui a permis d’aboutir à une solution acceptable pour l’élargissement du congé à l’adoption. Il nous paraît tout à fait justifier d’accorder également 20 semaines de congé à une mère qui adopte un enfant de moins de 5 ans qui ne fait pas déjà ménage commun avec elle. Par contre, si l’enfant est déjà en âge scolaire, un congé de 20 jours, comparable au congé paternité, nous semble suffisant. Concernant l’ajout fait par la Commission à l’article 99 pour l’avertissement, nous ne trouvons pas opportun de préciser que des propos qui portent atteinte aux intérêts ou à l’image de la Commune doivent être tenus de manière ostensible pour être sanctionnables. En effet, le critère important est qu’ils aient porté atteinte aux intérêts ou à l’image de la Commune. L’ajout envoie donc un mauvais message au personnel et crée, en plus, une insécurité juridique puisque cette notion est inconnue du droit du travail.

Concernant les amendements déposés ce jour, notre groupe s’opposera, par principe, à toute modification qui n’a pas été discutée en Commission et avec la Commission du personnel. Pour le reste, nous ré-interviendrons éventuellement au cas par cas.

En conclusion, sous réserve d’importantes modifications de dernières minutes, le groupe PLR acceptera cette révision des statuts, sans pour autant faire preuve d’un enthousiasme débordant.

A titre personnel, en tant que présidente de la Commission du règlement, je souhaite encore remercier tous les commissaires de leur travail et de leur sérieux. Je remercie également la Conseillère administrative, le secrétaire général, la cheffe des ressources humaines et la Commission du personnel pour leur participation et leur apport.